Le parc de Villeroy

logo-ONFLe parc de Villeroy a été acquis par la commune le 4 juillet 1972, voir le PV du conseil municipal du 16 juin 1972. Les conditions d’accès du public ont été fixées par une délibération adoptée le 28 avril 1972. Le conseil municipal a attribué des noms aux allées du parc le 30 mars 1973.

Couv Parc de VilleroyJoseph Judith, ancien maire de Mennecy, a recherché l’histoire de ce parc et une brochure en a été tirée en 1973. Cliquer sur l’image pour consulter le PDF

.

parc-villeroy-mhNicole Duchon, de l’association Mennecy et son histoire, a aussi recherché cette histoire. Elle nous raconte celle-ci sur le site de l’association. Cliquez sur l’image pour ouvrir la page.

.

Image arrete rglt parc VilleroyL’accès au parc est réglementé par un arrêté municipal, dont la dernière version a été prise le 13 juillet 2015. Les barbecues y sont bien interdits, dans tout le parc, pour tout le monde et aucune dérogation n’est permise selon cet arrêté.

Cliquer sur l’image pour ouvrir le PDF..

.

.

IGN-nord_1954-07-20Le parc de Vlleroy n’a pas toujours eu l’aspect que nous connaissons aujourd’hui. Ainsi, la photo ci-contre illustre son état en 1954. Cliquer pour zoomer, mais avec patience, car c’est une image 5000×5000.

le parc de Villeroy est soumis au régime forestier. 88 hectares parmi les 110ha du parc sont soumis à ce régime.

Le régime forestier, c’est un ensemble de règles de gestion du patrimoine forestier, qu’il soit privé ou public, dans l’intérêt général. Cet intérêt n’a pas toujours été le même, et si Colbert faisait planter des forêts de chênes pour que la marine française ait les meilleurs bateaux 300 ans plus tard, nous avons maintenant des chênes tricentenaires “intergénérationnels”, acteurs de la biodiversité et d’une politique de développement durable. Colbert n’avait pas osé le dire mais il l’a fait, et nous avons à continuer dans le même esprit, même si le language a évolué.

colbertL’ONF a édité un guide de l’élu forestier sur son site internet, je vous conseille de le lire. C’est un morceau, 92 pages, mais cela en vaut la peine..

La soumission du parc au régime forestier aurait été décidée une première fois le 2 janvier 1991 mais cette délibération a été annulée et remplacée par celle adoptée le 6 juin 1996. La direction régionale de l’environnement a proposé en 1997 le classement des 110 hectares du parc. Cette proposition a été adoptée par le conseil municipale  sous réserve de conserver la possibilité de construire sur le site du centre culturel. Ce classement a permis d’intégrer le parc à la ZNIEFF créée plus tard sur toute la longueur de la rivière Essonne en fond de vallée.

Le conseil municipal de Mennecy a adopté une convention de protection, de maintenance, et une mise en valeur du parc de Villeroy par l’ONF le 20 janvier 2000. Cette convention, adoptée par le conseil municipal le 6 février 2002, a été signée le 30 mai 2002, pour la période 2000-2019. Cette convention avait été rédigée alors avec un objectif de production de bois, essentiellement de bois pour le sciage. En établissant une prévision estimée modeste à 2,44m3/ha/an, pour 88 ha, il avait été prévu alors d’extraire 215 stères de bois chaque année. Ce chiffre est inférieur à la production biologique du parc et permettait de disposer d’un capital “bois” à la sortie du plan, en 2020, supérieur à celui de 2000, tout en ayant produit 49 stères/ha, soit un total de 4300 stères.

Dans ce programme, 10% de la surface de la forêt devait être renouvelée à neuf. C’est une surface de 8,8 hectares. Si elle était d’une seule pièce et carrée, c’est un carré de 300m de côté.

tas-de-bois-300x225Dans les faits, il a été coupé à peine 150 m3/an depuis 2000. Le programme d’entretien est donc très en retard sur le plan initial. Nous avons cependant exprimé la volonté de modifier les objectifs de ce plan, pour que l’entretien de la forêt soit conçu pour un parc à vocation détente et loisirs, quasiment intégré à une ville, plutôt que de maintenir un objectif de production de grumes qui, inévitablement, amènera à la circulation d’engins forestiers dans des allées, qui seront alors ravagées pour les piétons, amènera à la création d’une aire de stockage et de chargement des grumes, où circuleraient des camions, …

L’ONF est tout à fait en accord avec ce changement d’objectif, il suffit maintenant de le formaliser dans un avenant au programme signé en 2002.

Autre caractéristique remarquable de ce parc: ses allées et en particulier l’allée des séquoias.
Le parc de Villeroy est caractérisé par de grandes allées qui délimitent des bosquets, telles que l’allée des Hêtres pourpres, l’allée des Platanes et l’allée des séquoïadendrons giganteum. Cette dernière a la particularité d’être labellisée “arbres remarquables de France” par l’Association A.R.B.R.E.S (Arbres Remarquables : Bilan, Recherches, Etudes et Sauvegarde), depuis 2001 (voir le CR de la séance du conseil municipal du 28 juin 2001). Les séquoiadendrons géants du parc représentent un ensemble quasiment unique en Europe : une allée de 800 mètres de long composée de 134 arbres âgés d’environ 140 ans et s’élevant à plus de 30 mètres de hauteur.