La qualité de l’air

La qualité de l’air de la région Ile-de-France est mesurée par l’association AirParif.

Pour connaître plus précisément la concentration des différents polluants, cliquer sur le lien ci-dessous:

http://www.airparif.asso.fr/

Lorsque la concentration de ces polluants dépasse un certain seuil, la procédure d’alerte du public est enclenchée et modulée en fonction du niveau de pollution : 

  • Le public est informé et des recommandations sont émises pour limiter les effets sur les personnes particulièrement sensibles (niveau d’information et de recommandation),
  • Le préfet peut prendre des mesures de limitation des émissions industrielles ou réduire l’utilisation des véhicules et diffuse des recommandations à l’ensemble de la population.

Pour plus d’informations, consulter le site de la Préfecture de l’Essonne en cliaquant sur le lien ci-dessous:

Les jeunes enfants, les personnes âgées, les personnes asthmatiques, allergiques ou souffrant d’insuffisance respiratoire chronique peuvent présenter une sensibilité particulière aux polluants atmosphériques.

Explications et conseils sur le site de l’Agence Régionale de Santé

Les grandes familles de polluants :

  • SO2 (Dioxyde de soufre)
    Les émissions de dioxyde de soufre dépendent de la teneur en soufre des combustibles (gazole, fuel, charbon…).
    Elles sont principalement libérées dans l’atmosphère par les cheminées des usines (centrales thermiques…) ou par les chauffages, le secteur automobile Diesel contribue dans une faible mesure à ces émissions.
  • PS (Particules en suspension)
    Le transport routier, les combustions industrielles, le chauffage domestique et l’incinération des déchets sont parmi les émetteurs de particules en suspension. Certaines particules dites secondaires se forment à partir d’autres polluants.
    Le principal secteur d’émission des particules de diamètre inférieur à 10 µg (PM10) est le transport routier (36% des PM10) dont les véhicules diesel particuliers (13%), suivi de près par l’industrie (33%).
  • NOx (Oxyde d’azote)
    Les émissions d’oxyde d’azote apparaissent dans toutes les combustions, à hautes températures, de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole…).
    Le secteur des transports est responsable de 52% des émissions de NOx (les moteurs Diesel en rejettent deux fois plus que les moteurs à essence catalysés).
    Le monoxyde d’azote (NO) rejeté par les pots d’échappement est oxydé par l’ozone et se transforme en dioxyde d’azote (NO2).
  • O3 (Ozone)
    L’ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des U.V. dans la haute atmosphère.
    Mais à basse altitude, ce gaz est nuisible si sa concentration augmente trop fortement.
    C’est le cas lorsque se produit une réaction chimique entre le dioxyde d’azote et les hydrocarbures (polluants d’origine automobile).