EAU

L’urbanisme de la ville est concerné par l’eau à plusieurs titre.

Il y a d’abord le risque inondations, avec

On peut ensuite ajouter un enjeu plus lointain à priori, mais de plus en plus prégnant avec la croissance de la commune: le maillage du réseau d’eau potable.
La ville est alimenté en eau potable par un seul fournisseur, la Lyonnaise des Eaux, avec une conduite de transport raccordant le château d’eau de la ville à une artère située sous la N7. Cette artère transporte l’eau potable produite par l’usine de Morsang sur Seine à partir de l’eau de la Seine. L’alimentation en eau de la ville est donc exposée au risque d’une pollution de la Seine. Un palliatif partiel existe, avec la station de pompage dans l’Essonne sous le pont de l’A6, mais la capacité de cette station ne permet pas de remplacer l’intégralité du prélèvement dans la Seine.

InterconnexionIl existe un autre possibilité, créée avec les maisons Levitt, avec une interconnexion entre Mennecy et Chevannes. Chevannes fait partie du syndicat intercommunal de Champcueil, alimenté en eau par un forage et de l’eau prélevée dans l’Essonne à Itteville. Cette interconnexion n’a jamais été utilisée, ni dans un sens, ni dans l’autre.

Elle a été évoquée pour résoudre les difficultés rencontrées avec le sélénium par ce syndicat. Il s’agissait de transférer de l’eau de Mennecy vers Chevannes pour diluer ce sélénium et aboutir à un taux inférieur au plafond réglementaire.

Consulter le rapport d’études de la DDEA à propos des solutions envisagées pour ce problème en cliquant ICI (Clic droit pour télécharger un fichier ZIP de 32 MB, à exploiter ensuite à partir de votre ordinateur).